Outils pour utilisateurs

Outils du site


start

Pensées

La mesure du pouvoir

Le pouvoir accumule la richesse, la sagesse l'accueille.

La somme des intérêts personnels ne fait pas l'intérêt commun. Alors qui décide ? Il faudrait pouvoir penser chacun en intérêt commun. Basculons de l'homme du pouvoir à l'homme de la sagesse. Du je le fais parce que je peux le faire à je le fais parce que c'est nécessaire. (Corrélation avec milieu médical et examen complémentaire) Chacun a sa part de colibris dans la modération. J'espère plus en la sagesse de l'homme qu'en son pouvoir. Je ne suis plus fort mais vulnérable et invincible. Je me suis tourné de la force à la sagesse. Préférer non pas le pouvoir de la sagesse mais son incarnation. Le pouvoir est une émotion. Qui aboutit à un dialogue dominant/dominé. Relation d'indépendance, de liberté : entretenir un dialogue de pouvoir signifie enchaîner. Le dialogue, c'est créer un lien ou une chaîne? Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise chaîne mais des chaînes visibles et invisibles. L'invisibilité, c'est à dire l'absence de conscience de ces chaînes nous rend dépendant. La sensation de bien-être lié au pouvoir fait illusion de liberté. La liberté n'est pas le pouvoir.

L'absence de pouvoir : Reproduire une image juste de l'homme à tendance divine. Le propre de Dieu est de nous laisser maître. Face à l'infini de toutes les échelles le pouvoir n'est rien.

Rien n'est grave parce que nous sommes nombreux. L'illusion des statistiques et de la science du chaos. Entre : Mon acte ne se voit pas dans la moyenne des actes du monde. Mon acte est la goutte du tsunami. Entre l'effet papillon et la part du colibri.

Guerre et paix

Rassembler sans pouvoirs. La paix est un don et une construction. Paix n'est pas l'absence de guerre. Elle se construit. Ne pas être contre. Que le contre soit ton ami. Aller contre n'est pas une solution. Il est plus simple de faire la guerre que d'apprendre à faire la paix. Il est plus simple de voir le monde comme dominant/dominé que comme une suite d'unités incomparables.

La guerre commence-t-elle quand la paix n'est plus possible?

Un concept plus grand que soi

Un problème plus grand que soi, unis dans quelque chose plus grand que soi. Voir un problème plus grand que soi, c'est avoir élargi son champ de conscience.

Révélons certains aspects de notre monde qui ne correspondent plus à l'homme : le rythme, l'échelle, l'endettement…

Rythme

Un rythme décadent. Un rythme qui prône le plus vite pour tout le monde : que tous ceux qui stagnent avancent, que tout ceux qui marchent courent, que tout ceux qui courent s'essoufflent, rampent et meurent. Un rythme où l'immobilité, la contemplation, le silence n'ont pas de place ou sont comptés.

Echelle

On ne peut pas vivre avec tout le monde. Pouvoir accueillir en paix toute humanité. Comment peut-on unir la différence tout en l'accueillant? La difficulté du monde est de faire cohabiter de multiples espaces, temps et rythmes différents. La somme des intérêts personnels ne fait pas l'intérêt commun. Alors qui décide ? Il faudrait pouvoir penser chacun en intérêt commun. Face à l'infini de toutes les échelles le pouvoir n'est rien.

Rien n'est grave parce que nous sommes nombreux. L'illusion des statistiques et de la science du chaos. Entre : Mon acte ne se voit pas dans la moyenne des actes du monde. Mon acte est la goutte du tsunami.

Le temps et l'expérimentation de l'échelle humaine

L'équilibre de l'indépendance

Concept 1/0 :

Peu d'attente, beaucoup d'espoir.

L'ennui, c'est le dénuement avec le prisme du manque. Un projet est une dette s'il est porte des attentes et non de l'espoir. Un projet ne devrait pas être une dette.

Sécurisons la liberté!! Sécurisons la liberté ou protegeons-la ? La liberté de nos émotions c'est choisir nos chaînes. Et au maximum de les éviter.

Vérité et information

Ce n'est pas le taux d'audience qui devrait définir l'information. À partir du moment où l'on montre ce que les gens veulent, l'information n'est pas tournée vers la vérité. Considérer l'information comme une offre ou une marchandise n'est alors plus un acte de vérité.

Je ne cherche pas la vérité pour autrui, je cherche à l'éveiller.

Coupable et Vérité

Le bourreau qui chante… Que faire face au bourreau ? Comment l'accueillir en paix ? Quelle est la solution spirituelle pour le barbare ? Le bourreau ? L'assassin ?

Voir un méchant, c'est ne pas comprendre. Voir un ennemi, c'est ne pas concilier. Voir un autre homme, c'est percevoir. Voir un ami, c'est s'associer. Voir un frère, c'est accepter. Voir un autre moi, c'est pardonner.

Apprivoiser la nature émotionnelle de l'homme

Je ne souhaite pas me libérer de ma nature, je souhaite construire avec.

Le pouvoir du pardon, de l'évolution.

Ne nous domestiquons pas, apprivoisons-nous. Vivre avec l'animal. Apprivoiser la nature émotionnelle de l'homme. La construction de la liberté de ma nature émotionnelle, dans son échelle individuelle et sociétale. Elle passe donc par l'incarnation de cette sagesse.

Passons par l'émotion pour incarner des spiritualités.

start.txt · Dernière modification: 2016/05/05 17:10 (modification externe)